Du 13 au 27 janvier 2018 « Les Petits enfants des Grands-mères de la Place de Mai » : exposition de photographies d’Alejandro Reynoso

Une série de 39 portraits simples de petits-fils et petites-filles qui ont récupéré leur identité volée par le Terrorisme d’Etat dans les années 1970 en Argentine.  Entrée libre

22 octobre 1977, douze femmes fondent l’association des Grands-Mères de la Place de Mai. Elles veulent retrouver leurs petits-enfants, enlevés en même temps que leurs parents ou nés en captivité, et dont la dictature s’était approprié.

L’exposition Grands-mères de la Place de Mai, 40 ans de lutte pour la mémoire, la vérité et la justice, rend hommage à l’anniversaire des 40 ans de création de l’organisation.

Une sélection d’images réalisée par le photographe officiel des Grands-mères, Alejandro Reynoso, retrace les moments forts de la lutte des Grands-mères. Leurs actions sur plusieurs fronts, enquêtes dans les tribunaux locaux pour rechercher les enfants adoptés de manière douteuse, mise en place d’outils de reconnaissance génétique, campagnes d’information médiatique pour attirer les enfants, aujourd’hui adultes à chercher leurs origines.

Accompagnée de l’exposition Les Petits enfants des Grands-mères de la Place de Mai, de Alejandro Reynoso, série de portraits d’enfants volés, dont l’identité a été restituée grâce à la lutte des Grands-mères.

Une quête inépuisable qui a permit à ce jour de restituer 126 identités volées sur les 500 enfants portés disparus.

Ces tirages font partie d’une exposition permanente au musée de la Mémoire situé dans l’Esma, ancien centre de détention de la marine argentine.

 

Note d’intention de l’auteur

L’exposition cherche à nous faire reconnaître la personne dès l’instant où nous posons notre regard sur chaque photo et nous faire sentir que « c’est elle », après avoir parcouru un chemin difficile mais incontournable pour atteindre la liberté. La série aspire à représenter la vraie personne.

Ce sont 39 vies, très différentes les unes des autres: chaque regard s’incarne lui-même dans son authenticité, libéré du mensonge originel et continu auquel ils étaient soumis.

Il s’agit d’une série de portraits simples de Petits fils et petites filles qui ont récupéré leur identité volée par le Terrorisme d’Etat dans les années 1970.

Leur identité, leur univers affectif et social, leurs représentations et signifiants ont été soustraits au nom d’un système de valeurs, celui impose par la dictature, supposé supérieur.

Ce crime nous interroge au cœur même de nos certitudes : Est-on prédéterminé pour la haine ou pour l’amour ? Quel chemin ont parcouru ces petits enfants pour construire un sens à leur vie au moment de la découverte de la vérité ?

Les Grands-Mères de la place de Mai ont dénoncé devant la justice plus de 500 cas de la pratique systématique du vol de bébés. 121 ont été résolus. 380 personnes sont encore recherchées par leur famille et les Grands-Mères.

Alejandro Reynoso